Rencontres SICS

>> Mai 2014 – Rencontre avec Jean-Marie Domenach
>>> Février 2015 – Rencontre avec Michel Louis Lévy
>>> Juin 2016 – Rencontre avec Jean Audouze et Johan Kieken
>>>Novembre 2016 – Rencontre avec Manfred Mack: les nouveaux concepts d’entreprise

>>>Janvier 2017 – Rencontre avec Laurent Vigroux : le métier d’astronome, du chapeau pointu à l’ordinateur
>>>Avril 2017 – Une lettre de lectrice

>>>Mai 2017 – Rencontre avec Michel Cassé, astrophysicien et poète
>>>Juin 2017 – Rencontre avec Jean-François Garneau et Jean-Marie Bézard
>>>Janvier 2018 – Rencontre avec Jean Audouze: susciter des vocations scientifiques
>>>février 2018 – Rencontre avec Michèle Brum: la crise de l’expertise
>>>Avril 2018 – Rencontre à Delphes : Un exercice de prévision ?
>>>Juin 2019 – Rencontre avec Philippe Gouët

Rencontre avec Jean-Marie Bézard

Dans la redécouverte actuelle de la pensée de Gaston Berger, le livre La Créativité à l’œuvre en prospective, Entretien avec Jean-Marie Bézard, Conseiller de synthèse, par Anne-Laure Saives et Annie Camus, professeures à l’UQAM (Université du Québec à Montréal), (Éditions JFD – septembre 2019), occupera une place importante et singulière : d’un côté, il met en valeur les concepts prospectifs, de l’autre il les inscrit dans la dynamique de la modernité. Les concepts nous aideront à comprendre et à traiter les enjeux d’aujourd’hui, le développement durable en particulier.

Rétrospectivement, on s’étonne d’ailleurs de constater à quel point les travaux de Gaston Berger ont été et demeurent méconnus, en France et au Canada. La dynamique de la pensée et de l’agir, déjà exposée en 1893 par Maurice Blondel dans L’Action, puis puissamment promue par Gaston Berger, n’a jamais été prise en considération par les philosophes et les universitaires. Or, elle prend figure de fil d’Ariane dans le monde complexe qui est le nôtre. C’est pourquoi j’apprécie spécialement la façon dont Jean-Marie Bézard met l’accent sur l’interaction entre la créativité et la prospective.

Les enjeux n’ont rien d’académiques. Ils sont au contraire ancrés dans le réel. Par exemple, la culture politique démocratique d’aujourd’hui est axée sur la recherche du consensus, la négociation, les droits acquis, éventuellement la revendication, dans le présent. L’action prospective a pour principes l’exploration, l’invention, bref la créativité dont Jean-Marie parle si bien.

Lui et son épouse Eliane sont engagés ensemble dans les mêmes aventures humanistes. Armand et moi avons la chance de les connaitre et de les apprécier depuis très longtemps. Alors que la pensée de Gaston Berger était tenue sous le boisseau, elle a été pour les amis que nous sommes un flambeau et une référence.

Je voudrais enfin souligner la pertinence du dispositif d’entretien dans lequel ce livre a été écrit. J’ai retiré de cette lecture cette évidence : trois regards éclairés et informés valent mieux qu’un seul !

En un moment où toutes les grandes questions deviennent effectivement mondiales, où personne ne peut se prétendre “sachant” plus qu’un autre, ce livre porte une dimension universelle et un optimisme qui vont à l’encontre de l’esprit du temps. Il importe de contribuer à le faire connaitre !

 Hélène Braun

Print Friendly, PDF & Email