Des nouvelles de demain !

EDITORIAUX 2003
 
Décembre 2003
Des nouvelles de demain !

Nous en sommes très heureux : en 2004, la France a retrouvé un taux de croissance rejoignant celui des Etats-Unis et des grands pays asiatiques, le taux de chômage et le déficit public dégringolent vers les abîmes ; jeunes chercheurs et capitaux privés, en compétition jusqu’à présent pour fuir le territoire national, ont ensemble décidé de rebrousser chemin…
Ce qui était, depuis des décennies, si nécessaire a été entrepris en 2003 : la réforme des retraites, de l’assurance maladie, de la fiscalité ; la décentralisation, bonifiée par la suppression des départements ; la croissance zéro imposée tant à la dépense publique qu’à la réglementation ; la réforme de l’épargne, sans parler de ce qui, depuis si longtemps, attendait d’être accompli dans des domaines aussi variés que l’agriculture, la recherche, la santé, d’autres encore. L’Union européenne, qui en 2003 encore s’alarmait du manque de financements pour l’enseignement et la recherche, manifeste sa satisfaction.
2003 aura ainsi été l’année au cours de laquelle ont été reconnues ces qualités bien françaises – le goût du travail, l’imagination, le sens de l’adaptation -, célébrées le 14 juillet sur le plateau de Saclay, qui avait enfin rejoint sa vocation de Silicon Valley française. Les nouvelles entreprises de la science et de la technique, en provenance du monde entier, s’y sont installées en grand nombre dans les locaux précédemment dévolus aux bureaucraties scientifiques. Le mot du jour : « gagner, c’est refuser la deuxième place ».
Tout cela n’est pas allé sans problèmes. Les corporatismes patronaux et syndicaux, publics et privés, citadins et ruraux, préparent une immense manifestation conjointe de protestation. Mais comment s’opposer quand l’emploi repart si fort, quand l’opinion publique soutient si massivement les réformes ? Londres s’inquiète de voir se tarir le flux des compétences françaises. Enfin, des heures supplémentaires ont été imposées au personnel de l’Institut qui, en Suisse, compare la performance managériale des nations : confortablement et de longue date installée en 42e position pour le poids de la fiscalité et en 34e pour l’efficacité gouvernementale, la France remonte le peloton comme au temps de ses grands champions cyclistes.
2004 et les années à venir ne seront pas faciles : il s’agit, en tout domaine, de concevoir et de mettre en œuvre d’ambitieuses stratégies de développement, désormais possibles parce que les fondamentaux sont en place. L’emploi est bien reparti ; les comptes sociaux de la nation sont allègrement pris en charge par la croissance. Ce sont les partenaires sociaux qui, tous ensemble, décident des réformes à mener. Le taux record de participation aux élections régionales de mars 2004 donne à penser que les Français croient de nouveau en leur démocratie.

Armand Braun
Post scriptum : espérons que cette histoire cessera
bientôt d’être un conte de Noël !

Print Friendly, PDF & Email