La prospective

LA PROSPECTIVE

La prospective n’est pas la prévision mais la construction dans le présent d’un avenir souhaitable. Elle est indispensable, en contrepoint à la formule du philosophe Walter Benjamin : « la force des choses conduit à la catastrophe ». En d’autres termes, dans un monde qui change, ne pas intervenir peut exposer au pire, intervenir est nécessaire, mais pas n’importe comment. C’est parce que cette problématique est critique, dans tant de domaines, que nous attachons à la prospective une si grande importance.

La démarche de la prospective comporte trois phases : l’identification du souhaitable, l’élaboration de nouveaux projets, leur mise en œuvre. Elle réunit la réflexion et l’action, intègre différents horizons de temps, fait appel à diverses disciplines et intègre le contexte humain et l’environnement. L’imagination informée est son ressort. Elle tire parti des disciplines, fait jouer entre elles les nécessaires synergies, mobilise les compétences nécessaires.

Elle est une réponse à l’incertitude :

– elle s’écarte de l’anticipation pour mettre l’accent sur l’exploration du réel ;

– elle est la discipline de l’action nécessaire à l’évolution des organisations ;

– mais c’est vrai, la prospective n’est pas une démarche facile : elle requiert du recul, du temps, avant tout de la liberté !

***