Prospective: Avril 2016 – Edito

Prospective.fr – avril 2016 – Edito
Le politiquement correct: un rite de passage ?

Le puissant mouvement en faveur du politiquement correct, à l’œuvre depuis quelques années, ne cesse de s’étendre.

Son épicentre se situe dans les universités les plus prestigieuses du monde : Oxford et Cambridge en Grande-Bretagne, les grandes universités de l’Est et de l’Ouest des Etats-Unis, ailleurs aussi.

Les révolutionnaires des années 1960 et 1970 (1968 en France) aspiraient à changer le monde. Leurs petits-enfants aujourd’hui nous expliquent qu’ils sont des victimes et nous demandent de conformer le monde à leur souci d’être protégés et de protéger les autres des injustices et des épreuves. Dans ces creusets de la pensée neuve que sont supposées être les universités se produisent des dérapages de la tolérance vers l’intolérance. Les processus accusatoires se multiplient autour de sujets tels que le sexisme, le colonialisme, l’homophobie, l’islamophobie… Les prévenus sont des contemporains, mais aussi des grandes voix du passé. Les enseignants se taisent, démissionnent, sont parfois chassés. La masse étudiante est fermement invitée à « s’engager ».

Médias et réseaux sociaux en sont les puissants relais, les opinions publiques semblent s’apprêter à suivre et les pouvoirs politiques évaluent les menaces et les opportunités qui en découlent en regard de leurs propres objectifs.

Nous retrouvons ce contre quoi l’humanité a toujours lutté : l’ignorance, l’intolérance, le refoulement de la pensée personnelle, le contrôle social. Le politiquement correct est-il un phénomène momentané ou une maladie de la civilisation ? La jeunesse doit être le temps de l’émancipation intellectuelle. Si ce temps est gâché par des conditionnements et des modes, par l’obligation de se conformer, il sera pour toute la vie dilapidé dans une préparation à la soumission et la dissuasion de l’effort et de la pensée personnels.

Y a-t-il lieu de se rappeler que c’est dans la jeunesse désenchantée que des tyrannies ont dans le passé recruté leurs troupes de choc ? Il arrive ici ou là (le passé et même l’actualité en fournissent des illustrations) que des groupes marginaux réussissent à s’installer au pouvoir : ils ne le lâcheront plus et pourront à loisir faire supporter aux populations les effets de leur délire.

Le profond changement du monde explique pour une part le désarroi de beaucoup d’étudiants. Les étudiants en sciences, ceux qui souhaitent devenir ingénieurs et quelques autres ont l’idée d’une destination professionnelle. Mais tous les autres redoutent qu’au bout de la route il n’y ait pas de destination, alors que nous entrons dans une période sans croissance économique et que la compétition pour l’emploi devient un jeu à somme nulle. Ils sont anxieux, effrayés et en colère. Qui ne le serait pas ?

Regardons les choses autrement. Il est un problème que l’humanité a toujours connu : le passage de l’enfance à l’âge adulte. Hier, la plupart de ces jeunes ont été choyés et protégés. Demain, comme c’est le cas pour chaque génération, les jeunes seront seuls et responsables d’eux-mêmes. C’est l’une des missions de l’université que d’être un lieu majeur de cette métamorphose, que Françoise Dolto a expliquée dans Paroles pour adolescents ou Le complexe du homard.

Accompagnons ces jeunes dans leur métamorphose. Spontanément, ils se débarrasseront des conditionnements et formatages respectifs de leur enfance et de leur passage dans l’enseignement supérieur. Dans le bruit et la fureur, ils deviendront des adultes.

Armand Braun

Print Friendly, PDF & Email